Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2038, "CROISIC (LE) (Notes sur)", "Jean-Charles-Marie Caillo", "2003, réimpression de l'ouvrage paru en 1869", "Format 14 X 20. 318 pages", "39e", "", 4, "La ville du Croisic a connu un tel développement touristique depuis le XIXe siècle - fréquentation du lieu, entre autres, par Musset et par Ingres - et elle offre aujourd'hui, comme station balnéaire, une telle diversité d'apprentissages et de loisirs liés à la mer, qu'on oublie trop souvent son histoire plus ancienne et tous les autres charmes de son terroir. Tout a pourtant commencé il y a fort longtemps, sur la presqu'île, « qui renferme les trois communes de Batz, du Croisic et du Pouliguen auparavant détachée du continent. Difficile de déterminer quels furent les premiers habitants, même s'il semble que les Samnites et les Vénètes aient habité la contrée (récits de Strabon et de Ptolémée). Plus tard, après quatre siècles de domination romaine et les invasions qui suivirent (Saxons et Francs), puis le prosélytisme de Félix, évêque de Nantes, ce sont les comtes de Vannes qui furent « en possession de nos côtes ». Par la suite, les incursions des Normands (VIIIe et IXe siècles) ne firent qu'inaugurer une longue période d'anarchie et de violence, pendant laquelle Le Croisic eut un destin obscur, mais au XIVe siècle, la ville a une marine et un commerce importants et elle relève directement des ducs de Bretagne.
À partir de cette époque jusqu'au moment où la cité opposa aux Anglais une résistance opiniâtre, malgré un bombardement de trois jours (1759), Le Croisic connut une histoire riche en péripéties (qui sont relatées ici : les Croisicais au siège de Bordeaux, l'intervention de Charles VIII en Bretagne, la vie mouvementée d'Anne de Bretagne, les otages de Redon lors des guerres de religion...), mais aussi une existence parfaitement organisée intra-muros : lettres patentes de la reine Anne (1505), capitaines nommés par le duc de Bretagne, puis par le roi, service du guet obligatoire, règlements relatifs au port, établissement d'une prévôté. Quant au commerce et à la navigation, ils furent pratiqués de tout temps en ce lieu (actes de donation de salines « en Batz et Guérande » au IXe siècle) et la marine croisicaise fut puissante et prospère, en particulier au XVIe siècle (armement des corsaires, commerce des sels, pêche de la morue et de la sardine).
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?