Bienvenue sur Histo.com, la plus
ancienne librairie d'histoire locale sur le Net...


Retrouvez l'intégralité de la collection
Monographies des villes et villages de France
Des livres de référence d'histoire locale

2464, "SAINTRY (Histoire seigneuriale, civile et paroissiale de)", "Émile Creuzet", "2006, réimpression de l'ouvrage paru en 1907", "Format 14 X 20. 220 pages", "27e", "", 4, "Émile Creuzet, qui était membre des Sociétés historiques de Corbeil, Étampes et du Gâtinais, ne cachait nullement sa passion pour l'histoire de cette jolie contrée d'Île-de-France ; aussi lorsque le domaine de Champlâtreux, vestige de la seigneurie de Saintry fut mis en vente (1902), il s'intéressa aussitôt au passé de la localité et entreprit un travail considérable sur le terrain (rencontres de nombreux autochtones), dans les archives (nationales, départementales et municipales) et après consultation de tous les ouvrages de référence : ceux de l'abbé Lebeuf, Dutilleux, de la Barre, Depoin, Le Paire... C'est le fruit de tout ce labeur qui est présenté ici sous la forme d'un récit ample et passionnant dans lequel tous les faits majeurs concernant Saintry sont évoqués, depuis les origines très anciennes (vestiges préhistoriques et gallo-romains) jusqu'au début du XXe siècle, en passant par le lotissement du domaine (1833).
L'auteur a composé son œuvre comme un triptyque : il retrace d'abord l'histoire de la terre et seigneurie de Saintry et de ses fiefs ; ensuite, il restitue la vie paroissiale du village sous l'Ancien Régime (justice seigneuriale, église, écoles...) ; enfin, il décrit les événements qui se sont déroulés de 1789 à « nos jours ». Mais ce qui fait l'intérêt de ce livre, outre sa richesse en informations (dénombrements de la population de 1793 à 1901, saga des seigneurs particuliers, vie étonnante de Nicolas Le Jay, exactions des troupes royales...), c'est la variété de ses registres : ainsi on trouve des évocations poétiques de Saintry (« le séjour de la paix, de l'innocence et du bonheur », selon Aved de Loizerolles), l'énoncé de faits tragiques (« en 1651, les habitants, dans une misère extrême, abandonnèrent leurs demeures... »), enfin, l'épilogue d'une destinée glorieuse : « les immeubles lotis furent aliénés à divers » (1831, 1832, 1833)...
EN SAVOIR PLUS ET COMMANDER CET OUVRAGE ?